Tout d'abord, merci pour tous vos messages chaleureux, c'était super chouette de vous lire!

Pour clore ce petit cycle sur la guerre de Corée, je vous propose un debrief sur la visite de la DMZ. Y aller ou pas?

Première question: qu'il y-a-t-il à voir? Principalement.. ça!

015fc4f64dd310336c7a4fe251f792abff707dd604

 De la friche sur environ 250 km de long et 4 km de large. Une friche qui est en fait à la fois un des lieux les plus dangeureux du monde ( on estime à un million le nombre de bombes disséminées), et un des derniers santuaires naturels pour un grand nombre d'espèces animales.

De part et d'autre de cette broussaille s'égrennent les postes militaires et... les zones touristiques! On peut en effet venir visiter un certain nombre de lieux "stratégiques" comme un tunnel ou la gare de la ligne de train qui reliera un jour les deux corées.

Mais commençons par la partie intéressante, la Joint Security Area ou JSA. Il s'agit de l'unique point de rencontre sur la frontière, où les armées de l'ONU et de la Corée de Nord se font face.

Il est possible de la visiter, mais uniquement en réservant plusieurs semaines à l'avance avec un tour operator. Des instructions très précises sont données aux touristes:

- pantalons longs ou jupes au moins au niveau du genou, pas de manches courtes, pas de jeans, pas de tongs.

- interdiction formelle de fraterniser, parler ou faire des signes à l'ennemi.

- interdiction de pointer du doigt ou de faire des gestes humouristiques ou d'effectuer toute action pouvant être utilisée comme image de propagande par le Nord

Nous devons également signer un document attestant que nous comprenons "le risque de blessure ou de mort qui résulterait d'une attaque ennemie". 

En effet, si la JSA a abrité la signature de l'armistice, de multiples négociations et des échanges de prisonniers, elle a aussi été le théâtre d'incidents sanglants. Le plus marquant étant sans doute l'incident dit du "peuplier".

Un beau jour d'août 1976, une dizaine de soldats américains et sud-coréens décident d'aller abattre un grand peuplier qui gênait la vue d'un poste d'observation. A cette époque la Joint Security Area est une zone de paix officielle et relative, les soldats des deux camps n'y sont pas armés et se croisent souvent. Une quinzaine de soldats nord-coréens arrivent alors et les informent que le peuplier avait été planté personnellement par Kim Il-Sung et qu'il ne pouvait donc être abattu. Devant l'indifférence des américains, les soldats nord-coréens les attaquent avec des haches. Avec des haches. Bilan: 2 morts du côté américain, un lieutenant et un capitaine dont le camp militaire porte depuis le nom, Boniface.

pmj058

Depuis, il va sans dire que tous les soldats sont armés jusqu'aux dents et que chacun reste de son côté.

La visite se résume essentiellement à un tour en car autour du camp militaire et à quelques pas dans un des baraquements bleus où ont lieu les négociations. Au milieu de ces batiments alignés se trouve LA ligne de démarcation militaire, formant la vrai frontière entre les deux pays. De chaque côté, se trouvent les soldats des deux camps. Les soldats du sud sont en position de taikwondo (jambes écartées ancrées au sol, poings serrés), les lunettes noires obligatoires empêchant tout contact visuel avec l'ennemi pour éviter les provocations.

01a69deb418f869e032b7e2f6d70d32c60b10235de

Les visiteurs sont invités à entrer dans une de ces baraques, à cheval sur la frontière et donc à "mettre un pied" de l'autre côté.

Et c'est là qu'on a commencé à se sentir mal à l'aise... Nous étions dans un groupe d'une vingtaine de touristes et nous étions les seuls à ne pas se tirer le portrait dans tous les recoins de cette petite pièce. Le soldat présent dans la pièce n'était pas mieux traité qu'un employé de Disney déguisé en Mickey géant et doit aujourd'hui figurer sur une centaine de selfies pris pendant les cinq minutes où nous sommes restés dans la baraque... Sur le coup j'ai été très choquée de ce comportement ouvertement désinvolte... pourtant, j'étais moi-même venue jusqu'ici non?

Ce qui nous amène à la rélfexion philosophique du jour: jusqu'où est-il moral de venir en touriste sur un lieu qui a connu des évènements si graves? Peut-on se prendre en photo, tout sourire avec le peace sign, à Oradour-sur-Glanes, à Verdun ou avec un soldat sud-coréen qui est en poste dans l'une des zones les plus dangeureuses du monde?

Mais on n'était pas au bout de nos suprises pour ce qui est de l'ambiance "attraction touristique surexploitée".

Le tour operator nous a ensuite emmenés sur d'autres lieux hautement commerciaux mais peu intéressants sur lesquels je ne m'étendrai donc pas: la visite d'un des tunnels creusés par le Nord sous la DMZ, la visite de la dernière gare sur la ligne reliant le Sud au Nord, la visite d'une colline depuis laquelle on peut apercevoir les collines du Nord... Bref, il n'y a pas grand chose à voir. Mais il y a beaucoup à acheter! Je ne suis jamais allée ni à Verdun ni à Oradour-sur-Glanes donc je ne peux pas comparer. Question donc à ceux qui y sont allés: il y-a-t-il des boutiques souvenir??

J'ai été abasourdie de voir tous les produits dérivés imaginés et vendus!! Faites votre shopping de Noël maintenant avec la DMZ!! Voici mon top 5 (désolée, les photos sont floues!):

5) un ravissant cendrier pour ceux qui ne sont toujours pas passés à la cigarette électronique

014bc7488a1dc81f8e688c686f558c5334328e5f5e

4) des mugs pour un petit déjeuner en toute sérénité

01e7fd3674146aefa8b5aec024c4cc376fdbb98906

3) un joli foulard pour protéger les petits cous fragiles pendant l'hiver

01efebcba1b4e6ada223a8c39b345e1cc659a6ec6a

2) des balles de golf pour ceux qui ne vont plus nulle part sans leurs clubs

013946f5bea6cb50602fd4c06c40260c549150a947

1) des morceaux de barbelés authentiques pour refaire la déco du jardin

01d90f59e5f0c7711c311e84fde2e31fe86e8fb6df

Bref je ne savais pas s'il fallait rire ou pleurer...

Pour conclure, essayons de répondre à la question initiale: la DMZ, y aller ou pas?

La réponse est bien sûr partagée. D'un côté, on a la désagréable impression d'être entrainé dans un système où le divertissement, le loisir et la consommation doivent être omniprésents partout tout le temps. De l'autre, ça aide à se souvenir.

01618b9d20c16abad810b9aec33dcde4dda7798544

Parce que, ce que j'allais oublier de vous dire c'est que, quand nous étions face à ce grand batiment gris, on a vu des touristes nord-coréens sur le balcon! Même qu'ils nous faisaient "coucou" alors que nous, on n'avait pas le droit de leur répondre. Et là, ça m'a fait un choc! Ces gens-là, à quelques dizaines de mètres de moi, je n'ai pas le droit de leur parler. Ils n'ont jamais pu franchir leur frontière et ne le pourront peut-être jamais. Ils n'ont probablement jamais entendu ni les Beatles ni Bach ni Mickeal Jackson et ne les entendront peut-être jamais parce que la seule musique autorisée est celle à la gloire du dictateur. Ils ne savent pas ce que c'est que le cinéma, ni la littérature, ni Google.

En partant de la JSA, on a été déjeuner. Et ces gens qui étaient en face de moi ne savent pas que quelque chose comme le chocolat existe.

Alors qu'aujourd'hui, vue du ciel la planète ressemble à une boule à facette la nuit, il y a une zone qui reste dans le noir.

north korea satellite nasa lights OLDC'est pour cette raison que, après réflexion, je ne regrette pas ma visite à la DMZ.

 

Voilà, les artices sérieux c'est fini, promis! La prochaine fois, on revient avec le palmarès des cartes postales!